PROBIOTIKOS a été testé sur l' « Emir du Nord », Champion du monde de fauconnerie.Nous avons constaté une mue  plus rapide et un meilleur tonus en début de saison!

 

 
line decor
  
line decor


 

 


 
 

LES RAPACES

L’alimentation des rapaces.

Dans la nature, la plupart des rapaces sont des opportunistes quant à leur alimentation qui dépend surtout du biotope.
C’est pourquoi il s’avère extrêmement compliqué de leur  proposer leur « nourriture naturelle ».

Diverses études ont prouvé que dans la nature,  plus de la moitié des jeunes oiseaux ne survivent pas une année, en cause, une alimentation inappropriée.
Tout propriétaire de rapaces se voit donc obligé de relever le grand défi de faire mieux que mère nature.
En général, un rapace avale sa proie en entier, à savoir les tissus  musculaires mais également les poils, plumes, os, entrailles et  le contenu des intestins.
Il convient de tenir compte de tous ces éléments pour nourrir les rapaces en captivité.
La présence de poils, de plumes et d’os est nécessaire à la formation de beaux bols de résidus que les oiseaux régurgitent.
La teneur en énergie dépend de la saison et de l’activité des oiseaux.
Il faut observer un juste équilibre en vitamines,  minéraux et  bonnes bactéries.
Le fauconnier  doit veiller à varier le type d’alimentation.

Une vaste palette de possibilités s’offre à lui pour y parvenir: poussins d’un jour, cailles, pigeons, rats, souris, cobayes,…
L’utilisation de tissus musculaires purs n’est pas recommandée.
Même une alimentation basée sur des poussins d’un jour, avec 20% de tissus musculaires en plus, présente des déficits au niveau nutritionnel.

Pour des raisons de prix, l’alimentation des rapaces se compose le plus souvent de poussins d’un jour, avec un complément d’autres types de proies, et ce tant pour les oiseaux d’élevage que pour les oiseaux de chasse.

Etant donné que les poussins d’un jour ne contiennent pas suffisamment de substances nutritives ni de bactéries intestinales (puisqu’ils sont  presque stériles), il faut compléter le régime alimentaire, avec des vitamines, des oligo-éléments, des minéraux et des probiotiques, surtout chez les jeunes rapaces et ce, dès la naissance, pour favoriser l’installation de leur flore intestinale et leur assurer une bonne santé à court et à long terme.

Effets des probiotiques.

Depuis quelques années, des recherches démontrent des résultats impressionnants sur l'utilisation des probiotiques dans l'alimentation humaine et dans  le domaine de l'agroalimentaire.
Il a été prouvé que l'utilisation des probiotiques améliore de façon significative la santé des humains et des animaux.
L'utilisation des probiotiques s'inscrit également dans le cadre de la réduction de l'utilisation des antibiotiques.

Utilité des probiotiques.

Les probiotiques sont utiles dans l’établissement de la flore intestinale chez les poussins.
Une bonne flore leur permettra d’avoir une meilleure immunité, de mieux absorber les  nutriments et de fabriquer des vitamines.

C’est très souvent un déséquilibre de la flore intestinale qui est responsable de l’avènement d’une diarrhée causée par un simple stress  qui peut rapidement dégrader l’état de santé de l’animal qui s’affaiblit rapidement à cause de la vitesse de son métabolisme ; il est donc nécessaire d’intervenir rapidement pour éviter de graves  problèmes.

 

 

 

 

 


 

 

 
 

LES AVANTAGES DE PROBIOTIKOS

PROBIOTIKOS, pris de manière régulière, élimine les diarrhées dues  au stress ou à la prise d’antibiotiques.
L’amélioration de la consistance des fientes apparaît après 12 heures.
Les probiotiques faisant partie de la flore de passage, il est essentiel d’en consommer régulièrement jusqu’au rétablissement de la flore définitive, c’est-à-dire environ 3 semaines à un mois après la fin de la diarrhée.
Un usage continu ou en cures régulières (1 semaine par mois) de Probiotikos  réduit  la mortalité au nid, maintient la flore intestinale en bon état tant en période de repos que de stress et favorise un bon état général et donc de meilleures performances, sans risque ni effet secondaire.

Chez les oisillons, le dérèglement de la flore intestinale est très souvent mortel.
L'oisillon vient au monde stérile et les parents ont la tâche d'ensemencer le transit digestif de leurs jeunes lors de la becquée.
Un désordre dans la flore intestinale des oisillons  peut entraîner la destruction de la membrane fécale qui englobe les fientes des oisillons.
Cette membrane, destinée à contenir leurs sécrétions, permet aussi aux parents d’en disposer lors des premiers jours de vie. Son absence ou sa détérioration entraîne un déversement des fientes à l'intérieur du nid, il s’y crée alors un milieu propice à la prolifération des bactéries pathogènes  qui entraîne souvent la mortalité au nid.

 

Lien utile :

www.faucons.com